PH31/ "La veille du jour de pêche"
Chaque année, elle retourne sur la longue plage d’Assinie en Côte d’Ivoire, s'étirant sur une vingtaine de kilomètres entre mer et lagune. Cet espace, loin de la vie urbaine, est pour elle une source d'inspiration lui permettant de renouer avec la nature et d'adopter un rythme de vie plus lent. Chaque élément, qu'il soit naturel ou social, suscite une atmosphère propice à l’exploration et à une curiosité renouvelée.

La proximité de l’eau nous offre des moments de contemplation des variations de couleurs du ciel se reflétant sur l’eau, où un véritable tableau vivant évolue tout au long de la journée. Elle observe les enfants qui grandissent en passant la totalité de leur temps en dehors de leur case à expérimenter les alentours. Assinie la fascine par sa richesse sensorielle où les odeurs et les sensations sont pour elle le terrain idéal pour l’apprentissage du monde à travers nos sens.
Néanmoins, cette terre fait face à des difficultés considérables, notamment une urbanisation incontrôlée et les conséquences néfastes du changement climatique.
Ces transformations subies des paysages, autrefois paisibles, poussent les habitants les plus vulnérables à migrer vers l'intérieur du pays.

Malgré ces défis, la vie de ces villages de pêcheurs reste ancrée dans les traditions et les coutumes d'Essouma héritées, renforçant le tissu social et leur sentiment d’appartenance. Pour eux, cette plage représente bien plus qu'un simple lieu de vie ; elle incarne leur attachement profond à leurs racines.
Dans la série photographique intitulée “Le songe des pêcheurs", l’artiste immortalise les expériences quotidiennes qui tissent la trame de la vie des habitants de cette presqu'île, menacée dans son intégrité et dans sa singulière