P47/ «Rien ne va plus, faites vos jeux»

À première vue cela semble léger, coloré, bon enfant. Sitôt vu, sitôt compris. À bien y regarder, ce n'est pas si simple et plutôt foisonnant. Rien ne va plus, faites vos jeux est une tapisserie confectionnée à partir de perles à repasser, composée de plus ou moins 10 000 perles de 22 couleurs différentes. Réalisée sur une période d'un peu plus de six mois, elle nous invite à nous arrêter dans un monde bombardé d'images pour prendre le temps de contempler celle- ci. Chaque perle est minutieusement disposée à l'aide d'une pince à épiler, puis fixée en place grâce à la chaleur d'un fer à repasser. Ce processus méticuleux transformer un sujet concret en un système de perles, à la fois abstrait et concret, nous permettant ainsi de voir l'image sous un nouvel angle. Déployée sur un relatif grand format, la contrainte imposée par le médium s'est traduite par une simplification visuelle et une palette de couleurs restreinte. Contribuant à l'appauvrissement visuel de l'ensemble et le façonnement de ce monde pré-colorisé, en témoigne cette iconographie contrastée, entre la quiétude acidulée et la catastrophe couleur anthracite. Une ville suffoque sous un épais brouillard.

Ce phénomène stupéfiant fige ses habitants. Et nous, que regardons-nous: la catastrophe pu ses victimes ? Longtemps absent des représentations de la crise climatique, l'être humain apparaît désormais au cœur de l'image. Pas de scène de chaos, pas de ravage spectaculaire, donc, pour illustrer la catastrophe climatique. Mais des gens comme vous et moi qui regardent le désastre en trains de faire.

Dans l'immédiat, ils ne risquent pas leur vie. Pourtant, le dérèglement climatique à l'œuvre produit déjà ses effets sur les groupes humains. Et c'est ce qui change progressivement la représentation du phénomène : la place des hommes ... La communauté scientifique et les médias les avaient-ils ignorés jusque là ? Ces images que nous regardons aujourd'hui et qui nous paraissent peut-être menaçantes, ne sont probablement rien par rapport à une évolution du récit qui semble se poursuivre. Autrement dit, le phénomène de dérèglement climatique est en cours et il ne va pas s'arrêter. L'homme en spectateur d'un monde en train de s'effacer, comme en cours de disparition.