P41/ "Mercure" (planches)
L’enjeu de ce projet est de concevoir une bande dessinée où l’espace serait le personnage principal du récit.
Le scénario suit deux personnages qui passent un été dans une ville désertée de ses habitants, au milieu d’une saison de plus en plus caniculaire. Chacun pose un regard différent sur la ville et propose une vision de sa fabrication ou de son habitabilité.
En revisitant les codes de la fiction d’été et en proposant des cadrages et découpages qui laissent supposer la présence, le lecteur peut se repérer dans le récit et envisager lui-même ce que sera (ou est déjà) la vie en ville l’été.

Concept :  Le projet Mercure explore les possibilités narratives de l’environnement en interrogeant la narration sans recourir à la représentation de figures humaines. L’espace lui-même devient le narrateur, utilisant des codes de représentation spatiale pour évoquer une présence humaine, un quotidien ou bien une déambulation. Le lecteur est encouragé à interpréter l’image plutôt que de laisser les protagonistes nous relater leur occupation de l’espace. Ainsi, le temps nécessaire pour comprendre une illustration devient le temps de l’histoire racontée

Un dessin à quatre mains : L’entièreté des planches a été dessinée à quatre main avec des pratiques du dessin très distinctes, ce qui confère sa singularité au traitement graphique de la BD. Une fois le chemin de fer établi, l’une de nous vient construire l’espace à la ligne avec sa sensibilité de designer d’espace. L’autre, qui maîtrise la couleur et la matière, vient ensuite habiller la planche de manière plus organique avec du feutre, son outil principal. Enfin, à un certain moment du récit, lorsque les ombres se font plus lourdes, le première vient y ajouter de la densité au crayon de couleur, propre à sa pratique personnelle.