P19/ "La Fonte"

J'ai commencé il y a un an une série de peinture et dessins autour de la fonte des glaces. Je travaille sur la beauté de ces formes irrégulières et complexes, ces tonalités infinies de bleus qui envoient vers d'autres possibles et vers un milieu qui nous reste étranger, sauvage et sacré ; les banquises des pôles.
Sans essayer de copier la réalité, mais de l’interpréter de manière abstraite et personnelle pour évoquer l'émotion qui submerge face à de tels paysages, amplifiée par leur fragilité et les multiples altérations causées par l'humanité.

Évoquer par la pléiade de teintes de bleus, les différents univers que l'on retrouve dans cet écosystème, et accueillir le sentiment de peur et d'urgence causé par le fait de savoir que sa destruction est en cours, et que les choses n'évoluent pas dans le bon sens. Mais que faire ? Que faire quand l'on sait que chacun à notre échelle, nous contribuons au réchauffement climatique, qu'il est plus facile et si simple d'aller dans le sens de la société, système qui pour autant provoque la fonte des glaces ?

Des peintures comme des interrogations, une envie de rendre hommage à ces espaces vivants infinis sans pour autant leur dire adieu. Pas encore, espérons jamais. Par l'état méditatif que me crée l'acte de peindre, tenter d'entrer en communion avec les glaciers, les étendues arctiques et antarctiques, dans l'air ou dans l'eau, qui devraient être exemptes de traces humaines, mais qui sont de plus en plus malmenées par ceux-ci.
Peindre pour, peut-être, transmettre ces questionnements et ce respect, cet intérêt qui se veut non-intrusif.
Peindre pour se connecter à la magie de la nature et de ses écosystèmes.
Peindre comme une prière pour que l'humanité change de sens et que le massacre s'arrête.
Peindre en s'imprégnant de ces monticules glacés, de ces icebergs miroitants qui, il y a peu encore, défiaient le temps.
Peindre en s'immergeant là où les glaces disparaissent dans les ténèbres des abysses.

Je travaille en me documentant, absorbant des écrits, des photographies, des informations à la fois sensibles et scientifiques. Elles me permettent de faire germer des idées de projets que je couche alors sur papier, sous forme de croquis. Ensuite, de manière assez instinctive et expérimentale, j'entreprends de réaliser ces idées, avec le médium souhaité ; chaque nouveau projet est source d'apprentissage et de découverte dans ma pratique.