N19/ "Dernière neige"

Vidéo :  https://vimeo.com/893275076

Récit territorial construit à partir d'objets.
Comment les objets peuvent-ils devenir les témoins d'un changement radical sur un territoire ? Le terme « neiges éternelles » renvoie à une vision de la montagne comme un repère immuable. Ici, le processus de moulage agit comme une mise en abyme face à ce territoire qui s'efface.

La haute montagne se place dans l’imaginaire commun comme un repaire immuable, symbole de stabilité et de puissance. Cet élément en soit qui n’est pas encore le ciel mais plus vraiment la Terre peut-être utilisé comme un laboratoire de la modernité. Dernière neige propose une vision de cet environnement à travers une matière ou plutôt état de matière qui l’habite : la neige. Pour ce faire, le projet est mené comme une ascension. Une fois là-haut, comme ultime geste, des bougies en cires y sont moulées, empruntant alors la forme de la substance. Des bougies car elles ont pour symbolique la vie, la pureté, l’innocence depuis la Grèce antique. Il s’agit aussi de ne pas venir en conquérant et de sortir du modèle unilatéral entretenu avec cet état de matière poétique. En moulant cette cire dans la neige, son empreinte est prise. L’empreinte d’un monde qui va disparaître. Ce projet est un hommage et vise à adopter un rapport plus serein avec la neige, et par extension, avec son milieu.

L'anthropologue Tim Ingold a déclaré « l'une des choses que nous voulons faire est de revenir à la matière, à la substance, d'observer les différentes façons dont les matériaux s'assemblent et ce que cela peut nous dire, en soi, sans avoir à extrapoler pour trouver un sens ».

Bougies coulées dans les neiges éternelles. Altitude : 3200 m
Note technique : la série comporte 10 bougies, toutes uniques dues au moule changeant (la neige)
Taille maximale d’un bougie : 400 mm
Poids négligeable