N18/ "Mid-Sonar 2"

Vidéo, couleur 4,36 minutes. Lien vers la vidéo : https://youtu.be/V1IyqzGK4PM

Mid-Sonar 2 est la continuité d’un projet débuté lors d’une résidence à Océanopolis en Bretagne, un centre de culture scientifique consacré à la biodiversité marine. Durant les deux semaines de résidence, j’ai eu l’occasion d’entamer un processus de recherche plastique et scientifique autour des questions de la préservation des milieux aquatiques.

À l’image, j’ai d’abord été frappé.e par le résultat des mélanges entre les textures artificielles et organiques visibles lors du dérushage. Les reflets de certains métaux sur le corail ou du verre sur les écailles semblaient donner forme à une nouvelle
sorte d’existence à mi chemin entre robotique et naturel.
Constatant que ma réponse spontanée au sujet imposé par la résidence était plutôt lugubre, j'ai décidé d'effectuer le montage vidéo en m’inspirant des codes des bandes annonces des films d’horreur. Que ce soit dans le montage ou dans la répétition du sonar. Le titre Mid-Sonar est d’abord un jeu de mot entre le système de détection et le film d’Ari Aster sorti deux ans plus tôt.

Mid-Sonar 2 est destiné à être visionné par le biais d’un casque à réalité virtuelle. Et intervient comme la suite dans le temps du premier épisode. Mid-Sonar 2 se présente comme un recueil de séquences. Celles-ci ayant été capturées et filmées sur les quatre dernières années. Un assemblage de vidéos capturées numériquement et de captations au format documentaire. La pièce associe une imagerie d’espaces aquatiques divers avec des sons enregistrés sur place et composés numériquement. On y lit un dialogue cryptique entre deux êtres voués à disparaître jetant un dernier regard sur leurs existences.

Mid-Sonar 2 est le résultat d’échanges et de mélanges entre plusieurs mouvements culturels qui m’accompagnent au quotidien, parfois usés et détournés jusqu’à les rendre volontairement obscurs. L'épisode 2 de Mid-Sonar a été pensé comme le prequel d’un jeu à la première personne, le but étant de nous mettre à la place de cet être bientôt en deuil de lui-même. La redondance du sonar est alors utilisée comme un signe de la présence d’un danger planant face aux défilements de souvenirs des êtres présent.e.s. Suite à la résidence à Océanopolis, le thème de Mid-Sonar était principalement de nous questionner autour de notre rapport aux technologies et de l'envisager non pas comme une alternative au monde qui nous entoure, mais comme des outils de réparation et de préservation de celui-ci. Comme le perçoivent certains artistes comme Laura Cinti avec All in the Sky, Nina Queissner ou encore Jérémy Gobé qui participent à solidifier ce pont qui existe en art, science et écologie.