N16/ "Lemanja"
Lien vidéo : https://youtu.be/SuWXd4g6JrU?feature=shared
Dans ces installations, elle mêle sa pratique de la peinture à l’utilisation d’outil numérique. Imprégné dès le plus jeune âge par la notion de paysage – ayant grandi au pied de la montagne Sainte-Victoire avec Cézanne en maitre – ces œuvres questionnent la
perception de son environnement ainsi que notre place dans celui-ci. 
A la fois « partout et nulle part » comme le définit Anna Alombert dans son essai Schizophrénie numérique, ces paysages s’inspirent de ceux qu’elle côtoie, aussi bien réelle que fictif, ouvrant alors une brèche à l’imaginaire.

Adepte de la marche à pied et autre flânerie numérique, ces œuvres sont un moyen de retranscrire ces réflexions lié à son territoire et son désir de contemplations qui émergent lors de ces balades. Parfois aimerait-elle saisir l’invisible : ce qu’il y avait hier, ce qu’il y aura demain.

De cette incapacité comprendre dans leurs entièretés les paysages qu’elle traverse, est née cette volonté de composer d’autres espaces afin d’y projeter ces récits. Pensées comme des refuges, ces œuvres sont un moyen pour l’artiste de resté attentive à son
environnement, tout en étant une invitation à s’en échapper.