N13/ "La leyenda del Gran Venado"
Ce projet artistique, sous-titré "La légende du Roi Cerf de Cansahcab", s'inspire d'un récit ancestral Maya pour aborder des problématiques contemporaines. L'animation en boucle qui accompagne le récit réinvente la légende en l'associant à des enjeux actuels, mettant en parallèle l'arrivée des colon.ne.s espagnol.e.s avec les défis posés par les multinationales étrangères dans le territoire d’Amérique Latine
Les problématiques de ce territoire me touchent profondément car j’y suis née et grandie. J’ai donc suivi de prés les assassinats et disparaissons forcées des environnementalistes du territoire, encore d’actualité aujourd’hui, pour la plupart indigènes, donc le lien avec la violence coloniale est encore très présent dans les enjeux du continent.
Dans cette narration, le Roi Cerf représente un symbole puissant de réveil collectif, incarnant la voix des communautés indigènes et des défenseurs de l'environnement.
Son intervention dans la légende originelle, où il appelle à la fin de la chasse excessive, devient une métaphore de l'urgence à agir contre l'exploitation non durable du territoire par les intérêts d’exploitation économique qui ne bénéficie que certain.e.s.

Dans mon travail il est question de corps et de territoire(s), de résistance.
Mon travail explore les intersections l'identité, la mémoire collective et les dynamiques sociales.
Je questionne le pouvoir des langues et du langage, dans la construction des identités et des récits dans leur temporalité. Je remets en questions les structures hétéronormées et binaires, ainsi que la violence qui s’en dégage.

En tant qu'artiste migrante, mes œuvres reflètent également mes propres expériences de déplacement et d'adaptation. Elles sont imprégnées de mon parcours, de mon Mexique natal, tout en dialoguant avec les paysages culturels et sociaux du pays dans lequel j’évolue depuis mon âge adulte.
Chair -cher-, des cicatrices, témoin des blessures, vivant, mais également preuve de guérison.