S7/ "Ceci est un produit de la mer - Saumon Sauvage"

J’ai commencé à m’interroger sur le monde qui nous entoure, mais aussi sur la manière que l’on a de l’impacter, de le dominer et de le contraindre. Une prise de conscience qui peut s’apparenter au mistral glacial d’hiver qui nous pétrifie le corps. C’est là que mon art s’ancre dans mon quotidien. Grâce à lui, je dénonce ce qui est insoutenable. Grâce à lui, je m’engage car mon art est au service de l’Océan. Pour la protection de sa beauté sans limite, non comme ses ressources que l’on cherche à puiser ou comme les plastiques que l’on déverse en son sein. Mais aussi pour toute cette biodiversité connue et inconnue qu’il abrite. Je souhaite que mon art puisse semer des graines dans l’esprit de mes spectateurs. Alors j’allie l’upcycling à l’artisanat, pour offrir une nouvelle vision du déchet.

L’œuvre présentée pour CLIM’ART, est issue de Dernière Cène. Un projet qui allie mise en scène, photographie et œuvres sculptures. Elles sont réalisées dans le but de servir la(s)cène. Des poissons, crevettes ou sardines, prêts à être dévorés par nos deux protagonistes. Mais à regarder de plus près, leur mets délicieux semble être fait de déchets plastiques. Le propos abordé est celui de l’envahissement des nanoparticules de plastiques au sein de notre chaîne alimentaire. Questionner notre surconsommation de plastique et de son impact dans les mers, l’Océan et sur la biodiversité. C’est une invitation pour s’interroger sur l’ère anthropocène dans laquelle nous sommes et - par la création de deux personnages au rang opposé - sur l’aspect social qu’engendre cette consommation.
A table ! Ceci est un produit de la Mer – saumon sauvage n°2 est servi.