N6/ "Là où finissent les poissons"

Dans un monde où les ressources naturelles semblaient infinies, l'eau est devenue une denrée rare. Il est vital de parler des conséquences dévastatrices de la sécheresse, tant à travers des mots que des images.
La femme enceinte assoiffée au centre de l'image incarne la terre souffrante et en déséquilibre. La nature est forte et féconde, c'est elle qui nous as donné la vie, mais elle est fragilisé, épuisée et ses ressources s'amenuisent. Son visage et son regard implorant expriment la détresse d'un être qui lutte pour sa survie et celle de ses enfants à venir.
Dans ses mains, une gourde presque vide témoigne de la rareté de l'eau, ressource essentielle désormais menacée par l'activité humaine et les changements climatiques. Autour d'elle, un paysage désertique et aride étend son horizon, où se dressent des arbres dépouillés de leur verdure, asséchés, symboles de la mort imminente de la vie végétale.
À ses pieds gisent les restes d'animaux marins, témoins silencieux de la disparition des écosystèmes aquatiques. Ils représentent ceux qu'on oublie, qui apparaissent comme un détail, même dans cette image : les animaux. Parce que par notre faute, les poissons finissent déjà sur des lits de lacs asséchés, agonisant sur des terres où jadis coulaient des rivières. Les êtres vivants sont tous interconnectés, et si meurent les poissons, nous suivront.
Malgré l'impact sombre de nos actes, je crois qu'il ne faut jamais perdre espoir. On peut encore changer les choses, il n'est pas temps de baisser les bras. C'est pourquoi j'ai voulu représenter la lumière du soleil perçant à travers un passage dans la roche. Face à la sécheresse et à ses conséquences dévastatrices, il est temps d'unir nos forces et de se battre pour assurer un avenir à la Vie sur Terre.