N5/ "Crie de l'océan"

L’œuvre vise à rappeler de la pollution océanique qui touche de nombreuses populations dans le monde, y compris les Antillais. Les insulaires font face à l’échouage massif des algues sargasses depuis plus d'une décennie maintenant. Les gaz émis par ces algues en décomposition dégradent les appareils métalliques, électroniques et les matières plastiques, mais aussi nuisent à la population vivant près du littoral avec leur odeur nauséabonde. Cette surabondance de sargasses a un impact dévastateur sur la vie marine : elle étouffe les récifs coralliens proches du rivage ainsi que les habitats des animaux aquatiques, élimine l'oxygène rendant la qualité de l'eau médiocre et toxique, et provoque une privation respiratoire pour les poissons, augmentant ainsi la chance de l’asphyxie. 
Ce phénomène est alimenté par de nombreuses activités humaines, telles que le traitement inapproprié des eaux usées, le ruissellement des pesticides agricoles et la destruction de la forêt amazonienne. Toutes ces pratiques libèrent une quantité scandaleuse de nutriments et d'azote dans la mer, s'étendant du littoral ouest africain jusqu’aux Caraïbes et au golfe du Mexique, en passant par l'Atlantique grâce aux courants, aux vagues et aux marées. Je me suis inspiré de ce phénomène et j'ai voulu représenter un monde sous-marin appelant à l'aide. Les poissons et les récifs coralliens sont symboliques pour de nombreuses îles, qui possèdent un écosystème diversifié et unique. 
J'ai voulu montrer la souffrance de ces êtres vivants à travers cette œuvre.