PH4/ "Dernière Cène" (série)

J’ai commencé à m’interroger sur le monde qui nous entoure, mais aussi sur la manière que l’on a de l’impacter, de le dominer et de le contraindre. Une prise de conscience qui peut s’apparenter au mistral glacial d’hiver qui nous pétrifie le corps. C’est là que mon art s’ancre dans mon quotidien. Grâce à lui, je dénonce ce qui est insoutenable. Grâce à lui, je m’engage car mon art est au service de l’Océan. Pour la protection de sa beauté sans limite, non comme ses ressources que l’on cherche à puiser ou comme les plastiques que l’on déverse en son sein. Mais aussi pour toute cette biodiversité connue et inconnue qu’il abrite. Je souhaite que mon art puisse semer des graines dans l’esprit de mes spectateurs. Alors j’allie l’upcycling à l’artisanat, pour offrir une nouvelle vision du déchet.

Le projet photographique Dernière Cène, allie mises en scène, sculptures et photographies afin de raconter une histoire – en trois actes par personnage - au travers de deux protagonistes : Odile et Nicole. Nous assistons à la Cène de ces deux femmes au rang social apposé - infusé dans les années 60’ 70’ - pour nous questionner sur notre surconsommation de plastique et de son impact sur l’Océan et la biodiversité. Pour cela, il est crucial d’observer le contenu de leur assiette : quelles sont les différences, mais aussi les points communs ? Ce que nous raconte ce récit en image, c’est que peu importe qui nous sommes, d’où l’on vient, nous sommes tous concernés par la pollution plastique et ce qu’elle engendre sur notre monde.