S11/ "Le Recueille"

Mon travail questionne la relation que l’on peut avoir entre les humains et la nature. Durant des siècles, les plantes ont été des êtres incompris et délaissé de notre société. Aujourd’hui nous sommes dans l’éveil de ce qui nous entoure et nous avons de plus en plus l’envie d’apprendre de la nature.

Nous avons de plus en plus des connaissances scientifiques sur le sujet qui nous permette d’affirmer que les plantes sont dotées d’intelligence et de sens assez proche du nôtre. Cette ressemblance fait écho en moi. Grâce aux dessins et des installations, je viens réveiller les consciences, faire naître des liens, des émotions entre les plantes et les humains.
Cela passe par l’idée de sublimer ces êtres vivants sur terre, montrer qu’elles sont le centre de notre vie et qu’elles doivent être mises à leur juste place. Mais c’est aussi en faisant choque, en dénonçant ce qui ne va pas dans notre société.
Pour appuyer mes propos, je me nourris de rechercher scientifiques sur le sujet pour à faire comprendre au spectateur toute la beauté du monde végétal.

Avec cette installation, j’amène le spectateur dans un cimetière de fleurs. Un lieu où la mort est là, elle survole la salle mais c’est une mort qui amène avec elle la beauté des couleurs, la beauté des formes, des textures. Les fleurs qui sont au sol sont des fleurs coupées que l’homme produit pour l’homme afin qu’il puisse contempler leur beauté. C’est malheureusement un marché qui n’est pas en respect avec l'environnement et les saisons. Et à partir du moment où elles sont coupées, la mort arrive doucement sur elles. Les fleurs au sol sont dans des états différents, on peut donc les nommer de plein de manière. Elles sont fanées, flétris, sèches, mortes, altérés, défraichis, éteintes, fatiguées, fripés, passés, usés, vieillies ... Temps de mots pour qualifier l’état de ces êtres, et dire que pendant des siècles on les a ignorés. Maintenant on se rattrape, maintenant on les regarde, maintenant on se recueille.